Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Une génération sans illusions (Mort à vendre)

Etre jeune aujourd'hui, au Maroc, comme dans tout le Maghreb, cela rime forcément avec aucun espoir. Pour une fois, il ne s'agit pas dans Mort à vendre (d'où sort ce titre ?) de rêves d'émigration mais bien du quotidien et de la débrouille obligée, un peu comme dans Casanegra, Tetouan prenant ici la place de Casa. Bensaïdi a tourné un film noir qui rend bien compte de la pression sociale, de la tentation délictueuse et surtout de l'impuissance d'une génération sans illusions. Il y a pas mal de maladresses et de défauts d'interprétation dans ce troisième long-métrage du cinéaste. Mais aussi une rage et un tempo soutenu qui méritent de s'y arrêter un instant.

 

19860859.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg



05/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres